Le mantra qui fit renaître la lune

Om Tryambakam yajamahe

Sugandhim pushtivardanam

Urvârukamiva bandhanân

Mrityor mukshiya mâmritat

Tryambakam Mantra (« Man » : esprit ; Tra « apaiser ») est un mantra de libération, d’immortalité. Il permet de sublimer la peur de la mort.

Nous pouvons le chanter à chaque nouvelle lune ou pleine lune.

Une traduction possible est : Méditons sur les trois yeux de la réalité (Tryambakam : dieu Shiva à trois yeux) dont le parfum imprègne tous les êtres. Par Amour pour l’Immortalité, qu’elle nous libère de la mort aussi facilement que l’on coupe la tige qui ligote le concombre.

Selon une des légendes, ce mantra fut créer par Shiva pour sauver Chandra, le dieu de la lune d’une terrible malédiction. Chandra est un dieu renommé pour sa virilité. Ce n’est pas une ni deux, mais 27 épouses auprès de qui le dieu Lune exerce son pouvoir conjugal. 27 sœurs, maisons lunaires et filles du dieu Daksha, prirent la Lune pour époux.

Chandra s’éprit plus particulièrement de l’une d’entre elles, nommée Rohini, qu’il a tendance à nettement favoriser. Jalouses, les 26 sœurs s’en plaignirent à leur père. Daksha essaya par deux fois de convaincre Chandra de changer d’attitude. En vain. Il maudit alors Chandra et l’affligea d’une maladie dégénérative. A mesure que les jours passaient, Chandra perdait de sa vigueur jusqu’à ce que la Lune disparaisse. La Lune présidait à la fertilité des plantes : puisqu’elle décroissait, les plantes médicinales cessaient de germer, et les êtres vivants dépérissaient.

Les devas (dieux et déesses) se sentirent concernés par la situation et allèrent trouver Brahma, le dieu créateur. Brahma leur dit qu’il fallait prier Shiva pour libérer Chandra. Heureusement, un grand sage, nommé Markandeya, connaissait un puissant mantra : il le transmit aux devas et à Sati, l’épouse de Shiva. Accompagnée de plusieurs rishis (chanteurs et auteurs védiques), elle le récita pour le dieu Lune. A mesure qu’elle répétait le mantra, les effets de la malédiction s’amenuisaient. Grâce à ce mantra, Chandra trouva la force de se rendre auprès du grand Shiva. Le dieu l’autorisa à s’asseoir sur sa tête : c’est ici que, confortablement installé, Chandra put se régénérer, et que la Lune put croître à nouveau.

Laisser un commentaire